La Traversée, un voyage au coeur d’une librairie

-« Théo dépêches-toi mon dieu ».
Je traîne les pieds exprès pour l’énerver d’avantage. Charlotte est pressée d’aller perdre son temps dans cette maudite librairie de pacotille, son temple comme elle aime le dire.
Ma soeur est une grande adepte de la littérature. Elle passe son temps à lire, a écrire…. Je ne la comprends absolument pas. Qu’est-ce qu’il y a de fascinant à lire des pavés remplis de lignes en petits caractères, sans espace ni respiration. Elle est complètement folle.
-« Bon Théo, je prends mon temps pour trouver ma prochaine lecture. Tu ne sors pas du magasin tu m’a bien comprise. Et trouves-toi un livre, je te l’offre. Il serait grand temps que tu lises plus. Le monde des mots est fascinant ! »
– « Ouais ouais, grommelais-je ».

Nous entrons dans la dite librairie. Je suis scotchée devant tant de livres. Dans l’espace qui me fait face, des tables et des étagères sont remplies de bouquins en tout genre. Plusieurs personnes se promènent au travers des rayons, méditantes, hésitantes, rêvantes.

– « Bonjour jeune homme, je peux vous aider ? »
– « Qui êtes-vous ? »
« Je m’appelle Bernard Quickels, j’ai 42 ans, je suis Verviétois d’origine et Sartois d’adoption. Je suis libraire depuis l’an 2000, et « à mon compte » depuis 2015 quand j’ai créé La Traversée. »


-Je n’en demandais pas temps ! dis-je sur le ton de la plaisanterie.
L’homme explosa de rire. Une question me taraude l’esprit.
– Je me pose une question monsieur, d’où vous est venu le goût pour les livres au point d’en faire votre métier ? Et pourquoi êtes-vous venu vous installer dans cette petite ville ?
« Les livres ont toujours accompagné ma vie. Chez mes parents, petit, il y en avait déjà beaucoup. J’aimais me plonger dedans. J’allais régulièrement à la Bibliothèque de Verviers, et aussi chez un vieux monsieur, un voisin, qui s’appelait Armand Carabin, homme de lettres, auteur lui-même de plusieurs ouvrages sur Verviers. J’ai toujours espéré ouvrir ma librairie à Verviers, ville de mon cœur, où je suis né, où se trouve la majorité de mon « réseau » de connaissances. Il fut un temps où j’ai envisagé d’ouvrir une librairie à Spa, quand la place de Verviers était déjà bien fournie en librairie. Mais, fin 2014, tous les éléments étaient réunis pour que je tente ma chance à Verviers.« 

-Uuhmm je vois, je vois. Mais ça me dépasse, comment est-ce qu’on peut passer son temps a rester assis et lire alors qu’il y a temps d’autre chose à faire comme voyager, voir des amis… Ma sœur passe sa vie plongée dans des pages.
– Et bien, si on oublie pas de prendre en compte le réel, tu peux faire tout ça aussi en lisant . Pourquoi crois-tu que ma librairie s’appelle La traversée ?
– Je ne sais pas. Pourquoi ?
« Lorsque j’ai cherché le nom de la librairie, je me suis dit que lire un livre c’était un voyage, une sorte de traversée en bateau, une croisière. Un lien entre deux cultures. Il y avait aussi l’idée de lenteur, valeur que plusieurs personnes recherchent de nos jours. C’est aussi un mot-valise, où tout le monde peut y mettre ce qu’il veut. »

Je regarde autour de moi, et les mots du libraire se bousculent dans ma tête. Ma vision de ce monde qu’aime tant ma sœur. Alors comme ça, on peut voyager en lisant des livres ? J’imagine qu’avec un peu d’imagination, on peut y arriver. Nous montons à l’étage, dans la cage d’escalier, il y a la partie fantasy, et ça, c’est vraiment cool. Si je dois lire, alors autant qu’il y ait des dragons, des quêtes et de l’aventure. Nous arrivons au première étage et je ne peux qu’admirer la beauté du plafond.
– C’est magnifique.
– Oui n’est-ce pas, nous l’avons découvert durant la phase de déménagement, lorsque nous avons effectué les travaux.
– Ma sœur m’a dit que vous faisiez part de vos avancées par des vidéos sur Facebook. C’était important pour vous, ce partage ?
« Oui, très important. J’ai acquis la conviction que les clients, les gens, sont intéressés par les « coulisses » de la librairie. Ils ont alors l’impression d’un peu « participer » au projet. Les retours ont été gigantesques, surtout lors de la découverte du plafond peint. »

Je m’avance vers le rayon BD, j’adore tout ce qui est roman graphique et bd, l’univers créatif qu’est le dessin m’a toujours fascinée. Sur un des livres, un petit carton bristol y est déposé.

Quelques mots, y sont inscrit.
– Qu’est-ce que c’est ?
– Ce sont des fiches de ressentis, de nos coups de cœur.
– Nos ?
« C’est toute l’équipe. J’ai pu constituer une équipe de grands lecteurs, ce dont je suis très fier. Nous touchons à tous les styles littéraires, ce qui est une grande force pour la librairie. »

-Et le numérique, vous n’en avez pas peur ? Je sais bien que tout un univers littéraire se développe sur des plateformes ou des liseuses ?
« Je ne connais pas du tout le marché du livre numérique. Je n’ai donc pas de position face à lui, sauf que je suis un grand défenseur du livre papier. Parfois des clients ne nous commandent pas certains livres car ils le trouvent en format digital, ce qui me fait toujours un peu râler. Mais c’est la vie moderne… »
« Mais après ça, nous utilisons quand même le numérique comme la vidéo. Nous avons par ailleurs ouvert une chaîne Youtube. »
« Pour l’instant, nous y « stockons » toutes les vidéos tournées concernant la librairie. C’est un moyen pour qui veut de retrouver facilement n’importe quelle vidéo, contrairement à Facebook. C’est évidemment un outil de visibilité supplémentaire pour la librairie. »

Nous redescendons au rez-de-chaussez.
– En tout cas ma sœur adore votre librairie, elle se sent comme chez elle, bien accueillie, toujours conseillée . C’est bien simple, elle n’achète ses livres que chez vous sinon rien !
« Bien sûr. La moindre des choses, c’est de dire bonjour. Ce que certains commerces oublient parfois. Et puis, si on voit que la personne a besoin d’aide, on lui propose. Je veux que l’on puisse se dire, lorsqu’un client s’en va : « nous avons tout fait pour lui ». Nous nous voulons une librairie de proximité et de conseils avant toute chose. »

-Ah Théo tu es là. Bonjour Monsieur.
-Bonjour.
– Toutes mes félicitations pour votre prix ?
– Un prix ?
– Oui, monsieur a reçu le prix de L’étoile verviétoise de l’année.
– Wow, c’est cool ça m’sieur !
« C’est un grand honneur pour moi. Ma ville a beaucoup d’importance à mes yeux. Le fait que ce soit un magasin du centre-ville, endroit qui souffre énormément, est symbolique. Si cela peut un peu contribuer à donner l’envie aux clients de se réapproprier Verviers, ce sera gagné.« 

-Bon, on y va, j’ai trouvé mon livre.
– Oui mais pas moi !

Vous pouvez retrouver la Traversée -librairie conseil sur Facebook et sur Youtube

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s